samedi 5 mars 2011

Sexorama 2 : j'aime la femme blanche (1979)

sexorama blueberry
Depuis quelque temps, je me suis pris de passion pour les BD en petit format, plus particulièrement les pockets érotiques du type Elvifrance. C’est un genre que j’ai vraiment découvert l’an dernier un peu par hasard avec la réédition de Casino et de Sam Bott chez Delcourt. Plus tard dans un vieux magazine un article attiré mon attention car la production semblait massive. Du coup je me suis lancé à la recherche de ce type de BD.
La richesse de ces pockets est fascinante, c’est souvent de qualité moyenne et portant des pépites émergent régulièrement. Si la plupart du temps le dessin est anonyme, quelques dessinateurs ont un réel talent et donnent une certaine noblesse à ce qui est considéré comme un sous genre. Puis il y a une quantité de merdes ou tout y est tellement nul, qu’avec un peu de second degré, cela devient grandiose.

Le pocket dont je vais parler aujourd’hui est plutôt dans la seconde catégorie. Si chez Elvifrance la qualité est là, ce n’est pas tout à fait la même chose chez les concurrents qui ont voulu les imiter. Voici un récit de western érotique, sorte de bâtard des westerns Spaghettis. Si les deux premières pages sont assez classiques, très vite cela dévie en une petite farce grotesque et légère.

sexorama blueberry Nous sommes en pleine guerre indienne et suivons Cochise et une poignée d’indiens qui commencent à trouver que se planquer dans la montagne, c’est un peu chiant et en plus ça manque de gonzesses. Du coup ça baise à tout va. L’armée lance alors l’opération morpion, qui consiste à refiler aux indiens des filles vérolées. Mais la chaire est faible et tout le monde fini chez le docteur. Un grand, n’importe quoi, un peu drôle et moyennement dessiné.

L’intérêt de ce bouquin (si si il y en a un) c’est qu’il s’agit d’une parodie de Blueberry. On retrouve tous les personnages principaux de l’album Le cheval de fer. Voici quelques exemples :

sexorama blueberry
sexorama blueberry
sexorama blueberry
sexorama blueberry
sexorama blueberry
J’allais oublier l’album à un sous-titre des plus drôle : Amour apache, amour vache !
Sexorama 2, Editions Campus, 1979.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire