mardi 19 avril 2011

Collection Amarante 3 : La fuite ou l'attaque

bd la bibliothèque oubliée
Ce petit format, que j’ai chiné récemment, est typique de la surproduction de ce genre de BD. IL y a le récit et rien d’autre, pas de noms d’auteurs ou plus probablement de studio, pas de dépôt légal. Tout juste le nom de l’éphémère maison d’édition, les Trois amis, et quelques noms pour les quelques postes liés à la direction et la publication.

J’ai cherché sur le net, mais il y a très peu d’éléments. On ne retrouve que deux titres pour cet éditeur, la collection Amarante et Frisson, d’une dizaine de numéros et uniquement des récits de guerre. On peut supposer que ces titres datent de la fin des années 70. Les seuls éléments trouvés concernent Sandro Fornaro, cité comme directeur artistique. J’ai trouvé deux fois son nom cité et toujours liées a de la presse BD, de peu d’ambition et à fort tirage.

La première fois en 1982 au côté d’Alain Guerber, pour les éditions EPI, qui a proposé des versions pocket de titre Franco-Belge comme Blueberry. Expérience infructueuse apparemment, quelques années avant le succès de J’ai Lu BD. Si le projet est quelconque, il est intéressant de trouver le nom d’Alain Guerber, filou notoire, bien connu dans le milieu de la presse et de l’édition. Il a lancé un nombre impressionnant de titres de très basses qualités. On en compte une cinquantaine à la fin des années 70 ! Mais revenons à Fornaro, on le retrouve en 1986 ou il relance Hara Kiri après une énième faillite de Choron. Mais le titre ne connaîtra que quatre numéros. Assez peu d’informations au final, si quelqu’un peut me donner plus de détails je suis preneur.

la bibliothèque oubliée bd



Mais revenons au récit même, nous allons suivre un commando Britannique chargé de libérer un trafiquant de caoutchouc Français, d’un camp de prisonniers Japonais. Un scénario sans prétention, assez efficace pour ne pas être ennuyeux, mais sans pour autant être bien intéressant. Le dessin correct use de tous les artifices pour masquer un manque de décors et autres arrières plans. La couverture est plutôt réussie mais semble ne pas avoir de rapport avec le récit, ce qui est assez classique sur ce genre de parution.

la bibliothèque oubliée bd



Collection Amarante n°3 : la fuite ou l'attaque, sans date
Editions les Trois amis
Gérant : Jean Bonnel
Directrice de la publication : Jeannine Patillon
Rédacteur en chef : Jean Dupont
Directeur artistique Sandro Fornaro


jeudi 14 avril 2011

Télé-pirate 20 : la mort aux aguets Elvifrance (1985)

magnum télé-pirate elvifrance
Le principe des Pockets Italien pour assurer les cadences de sortie est de copier à tout va tant au niveau du dessin que du scénario. En plus pour être sûr que les séries soient vendeuses, cela imite sans vergogne les succès existant. Les fidèles lecteurs d'Elvifrance connaissent bien Karzan (Tarzan), Isabella (Angélique marquise) ou Jeff (Rambo).
L'album dont je veux vous parler aujourd'hui est tiré de la collection Télé-pirate, la bien nommée car elle ne nous propose ni plus ni moins que des piratages de différentes séries télé des années 80.

Dans le n°20, nous trouvons un seul récit assez long issu de la série Italienne 44 Magnum, dont le titre original à le mérite d'être explicite. Nous retrouvons tous les ingrédients de la série Magnum, très légèrement transformés pour l'occasion. Le nom du héros est Charlie Wesson (sic), l'action se déroule à Miami ce qui a l'avantage de garder un côté exotique tout en évoquant Miami Vice. En fait la seule différence est le côté cul, le héros à la moustache n'est pas que viril, il le montre. Il est pour le coup accompagné d'une jolie secrétaire peu farouche et plus excitante que cette vieille baderne d'Higgins.

magnum télé-pirate elvifrance

Mais passons ces constatations pour nous concentrer sur l'histoire, qui je dois le dire est de bonne qualité. Charlie Wesson est engagé par un mafieux pour innocenter son fils, injustement accusé du viol de sa fiancée. Mais son enquête est perturbée par de nombreuses morts qui semblent accuser notre héros.
Le récit est bien construit, intéressant et rythmé comme il faut. Ce qui fait notamment que les scènes de cul ne cassent pas particulièrement l'histoire. Le scénario est tellement crédible que cela donne juste l'impression d'avoir été quasi copié d'un épisode d'une série télé. Le dessin est efficace mais un peu faible, non pas par maladresse mais plutôt par besoin de rapidité dans l'exécution. Au final, cela en fait un récit très agréable à lire et de bonne facture pour ce type de BD.


magnum télé-pirate elvifrance


C'est dans l'indispensable Encyclo des petits formats adultes que j'ai trouvé l'existence de cette parodie de Magnum. On y apprend que la série Italienne compte 10 numéros, mais il n'est pas indiqué si tous les épisodes sont parus en France. L'intégrale des couvertures de la collection Télé-pirate n'étant pas dispo sur le net, la question reste en suspend. 

Comme vous pouvez le voir sur les images suivantes, Charlie Wesson est un macho, un vrai tout en finesse et poésie...

magnum télé-pirate elvifrance

magnum télé-pirate elvifrance

magnum télé-pirate elvifrance
magnum télé-pirate elvifranceSans doute la plus belle réplique de l'album :

magnum télé-pirate elvifranceUn peu d'action avec le célèbre double coups de genoux enchaînés, qui n'est pas sans évoquer Double Dragon :

magnum télé-pirate elvifrance
magnum télé-pirate elvifrance

Télé Pirate n°20 : la mort aux aguets, Elvifrance, Août 1985



dimanche 10 avril 2011

Histoire noire 20 : crime passionnel Elvifrance (1980)

elvifrance histoires noires
Histoires noires est une série particulière chez Elvifrance, ce sont des récits courts sans héros récurrents, qui nous racontent en BD des faits divers. Si l'érotisme est toujours présent, il accompagne le scénario au lieu de le justifier comme c'est souvent le cas chez Elvifrance.
Si dans l'ensemble les couvertures sont réussies, le dessin intérieur est lui souvent anodin voire bâclé. Les scénarios sont souvent simplement inspirés de faits-divers. Ce sont en général des histoires de meurtres qui sont la conséquence d'adultère, de braquages (plus ou moins foireux) ou d'arnaques. Autres thématiques : des récits autour de la mafia ou plus simplement des histoires tragiques mais non criminels.
L'album dont je vais vous parler contient deux récits. Le premier est sans intérêt particulier par contre le second est lui un bijoux, involontaire certes, mais un bijoux quand même. C'est une histoire d'adultère qui met en scène un nain et du coup on a droit à un étalage de clichés assez impressionnant sur le sujet. Ajoutez à cela un scénario mal construit, avec des absurdités, un dessin moche et cela en devient drôle de vulgarité. C'est sûrement l'un des petits formats les plus drôles que j'ai lu. Je vous en propose un résumé en quelques images, cela sera plus explicite.

Histoires noires n°20 : Crime passionnel, Février 1980




elvifrance histoires noires

elvifrance histoires noires

elvifrance histoires noires



elvifrance histoires noires

elvifrance histoires noires

elvifrance histoires noires

elvifrance histoires noires

elvifrance histoires noires



J'aime beaucoup le personnage du flic, qui même si il résout le crime assez vite, montre bien son dégoût des nains.

elvifrance histoires noires
elvifrance histoires noires
elvifrance histoires noires
elvifrance histoires noires