jeudi 15 janvier 2015

Règlement de comptes de Fritz Lang (1953)


Règlement de comptes de Fritz Lang
Règlement de comptes de Fritz Lang 1953


Résumer : À la suite du suicide d'un de ses supérieurs, le policier Dave Bannion prend conscience du degré de corruption qui règne chez ses collègues, dans sa hiérarchie et dans le monde politique. La pègre locale décide de le supprimer en piégeant sa voiture, mais c'est sa femme qui meurt dans l'explosion. Aidé d'une amie d'un des criminels, Bannion se lance alors dans une croisade qui va l'amener aux frontières entre justice et vengeance.

Je viens de découvrir ce film de Fritz Lang que je n'avais encore jamais vu. Un superbe film noir, simple et efficace, l'histoire nous tient en haleine jusqu'au bout. Le détective Bannion se lance seul dans sa croisade, en chemin il rencontrera une galerie de personnages étranges (une fille de joie dépressive, une vieille fille handicapée, des gros bras forts en gueule) qui vont l'assister dans son enquête. Si son intégrité le pousse à allez jusqu'au bout malgré le danger, on notera que la morale est sauve car il ne franchit jamais les limites. Ce sont les personnages annexes qui se mettent en danger, voir qui agissent de façon plus radicale. Bannion garde ainsi les mains propres et peut ré-integrer la police tranquillement à la fin du film.



Le directeur de la photo Charles Lang, sans rapport avec l'ami Fritz, donne une superbe ambiance au film, avec ses cadrages et ses lumières. Je n'ai pas résisté à l'envie de faire quelques captures d'écrans.

Règlement de comptes de Fritz Lang

Règlement de comptes de Fritz Lang

Règlement de comptes de Fritz Lang

Règlement de comptes de Fritz Lang

Règlement de comptes de Fritz Lang

Règlement de comptes de Fritz Lang

J'adore cette esthétique des films noirs. Ce qui me fait penser au travail de Jean-Claude Clayes. Au vu de l'illustration suivante, on voit bien que c'est un genre qui a du fortement l'influencer. Découvrez son travail via son blog : http://jean-claude-claeys.blogspot.fr

Illustration de Jean-Claude Clayes